Love me ? Lovecamp !

coeur en rubis (tant qu’à faire, hein)

La Saint Valentin approche.
On va avoir droit à du rose, de la guimauve, de l’amûr, du doux… du sexe, aussi.
Nos chéri.e.s se sentiront obligés de nous gâter de toutes les manières possibles, ce qui fera bien plaisir aux magasins de lingerie, aux restaurateurs et aux fleuristes et les déculpabilisera pour le reste de l’année (« Tu veux que je change de chaîne, mais… mais t’as VU ce que je t’ai préparé/offert pour la Saint-Valentin ??? »). Et cette soirée est sensée être aussi active et sensuelle que possible et battre le fameux black-out de New-York, avec une hausse des naissances prévue fin novembre pour les plus veinards – les maternités se préparent déjà, c’est dire. Véridique.

Read more

365 jours… 365 photos

Selfie projet #365virginieb

Selfie projet #365virginieb

C’est Virginie Bichet qui a proposé l’idée sur son blog : prendre une photo par jour de son quotidien, avec le #365virginieb pour qu’on puisse voir où ça se passe. J’ai vu passer le statut et ça m’a plu. Nous sommes une petite centaine à jouer le jeu, il y a un peu de tout, beaucoup de femmes et quelques hommes, de tous les profils. C’est riche.

J’aime bien les accumulations et ce type de performances, les gens qui se photographient pendant des années, ou qui prennent une photo à la même heure tous les jours et tout ce que peuvent nous pondre les artistes pour nous interpeller avec des performances diverses et variées. J’aime ce côté monotone d’où jaillit la surprise, qui permet de regarder les choses autrement, la beauté qui surgit ou la joie, la tristesse, le malaise, la révolte, tout le spectre des sentiments et ressentis.

Et comme j’aime bien essayer d’avoir un oeil extérieur, une oreille attentive à ce qui est décalé (comme vous avez pu le voir dans ma carte de voeux collector), je me suis dit que ça valait la peine d’essayer de trouver un point de vue par jour sur ma petite vie. Une sorte de journal qui ne dévoile que ce que je veux. En plus, Virginie va proposer des thématiques, ce qui m’aide bien parce que, bien sûr, ce n’est pas si simple et l’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous. Aujourd’hui c’était le selfie.

Bon, évidemment, ça crée des besoins, et je me rends compte que je dois bien choisir mes outils (mon appareil photo rêve de passer à la version supérieure, par exemple) et surtout, tenir le rythme. Mais je sais que ça va déclencher des choses, et de la créativité à coup sûr, ce dont j’ai besoin cette année… Alors je le partage, de fait, puisque j’utilise plusieurs réseaux sociaux pour ce projet. Et vu que je prêche la bonne parole de la communication en ligne, ça me fait un bon exercice, n’est-ce pas, les petits scarabées qui se reconnaîtront ?

Si cela vous inspire, ça me fera plaisir, mais vous pouvez aussi réagir, critiquer, me donner des idées…

Les photos seront prises sur mon compte Instagram avec le #365virginieb et je les compile sur ce tableau Pinterest. J’ai envie d’en faire un grand poster à la fin de l’année, pourquoi pas.

Procrastination

C’est la rentrée… le début d’une nouvelle année,
Le moment terrible où tous les dossiers et sujets
qu’on avait mis de côté avant les vacances réapparaissent.
On était trop fatigués,
on n’avait pas le cerveau dans l’axe,
de toute façon, y avait plus personne pour s’en occuper ou pour répondre,
c’était pas le moment,
ma grand-mère se marie,
pardon j’avais poney…
Tout est bon pour reporter à la Saint Glinglin
ce qu’on n’a pas envie de faire tout de suite.
Et je dois vous dire que je suis spécialiste.
Son régime, ses impôts, le rendez-vous chez l’ophtalmo, le dentiste…
ou même faire du sport ou vider ses placards.
Et à la rentrée, après cette trève des confiseurs où tout s’arrête en France,
tout à coup, tout devient urgent :
le fisc devient menaçant,
on ne rentre plus dans rien,
les dents nous font mal,
on se cogne dans les vitres parce qu’on ne les voit plus,
le dossier de Madame Michu ou de Monsieur Grognon devient urgent…
Je déteste cela. Et je me déteste souvent de procrastiner à ce point
mais ce qui me rassure, c’est que je ne suis pas la seule.
Une fois qu’on a fait ce qu’on devait,
au prix de beaucoup de souffrances et de coups de pieds virtuels dans le derrière,
On se dit “ ah, mais c’était si facile, finalement ”
et cette illusion de liberté qu’on prenait en remettant les choses
devient une vraie libération une fois qu’elle sont faites.
Evidemment, vous vous doutez que j’ai écrit ce texte… ce matin dans l’urgence,
mais j’ai eu la bonne surprise de découvrir que je l’avais presque fini il y a quelques semaines… avant de procrastiner, bien sûr.
Mais promis, demain j’arrête…


ProcrastinationZapping Web

Texte revu d’une chronique « coup de coeur/coup de gueule » dans l’émission de Stéphanie Quénon « France Bleu vous rapproche au féminin » sur France Bleu Bourgogne, avec des portraits de femmes intéressants que vous pouvez écouter en podcast ici

et si tu veux soigner ça, il parait que ce site n’est pas mal : www.procrastination.fr

T’en voeux ? J’en ai !

Comme chaque année, on se souhaite des choses positives. Cette fois-ci, j’ai cru remarquer que tout le monde s’est congratulé que ce soit enfin terminé, et a conclu que 2013 avait été complètement dégueu.

En ce qui me concerne, j’ai eu de tout, aussi bien du meilleur (des retrouvailles et des pardons impossibles, la fin de plus d’une décennie d’exil loin de la Bretagne, digne d’un roman… qui arrivera un jour ; une situation professionnelle qui s’ancre et des projets passionnants, on et off boulot ; une super équipe ; des talents et des compétences qui se profilent ; des voyages et de très belles rencontres, en vrai et en virtuel) que du pire (des deuils,  des déceptions prévisibles, des maladies et un gros coup de mou). Et tout ceci aboutit à ce blog, enfin !

Alors, la voici, ma carte 2014. Depuis plusieurs années, j’aime écouter mon entourage et noter les énormités que je peux entendre ou proférer, et c’est un vrai bonheur d’y arriver. Le dernier opus vient d’arriver, vous trouverez les plus anciens ici (2012 et 2013).

Attention, c’est un peu long (chaque année, ça augmente) et vous aurez ainsi l’occasion d’écouter deux fois l’ineffable duo PapierBruit dans « T’as pas un plan ? » dont je ne me lasse pas (je suis faible), mes chouchous slameurs et poètes rencontrés au cours des Nuits du Slam il y a déjà un certain temps. 

Et donc, bonne année, hein ? Et surtout, SURTOUT, la santé, parce que sans la santé, on n’est rien, hein ? (on va le dire toute l’année, j’aime bien, c’est un code).


voeux cultureuse 2014 par cultureuse

Cultureuse, le blog

Blabla by Dino Kasvikis

Il naît, enfin, après quelques essais avortés, depuis le temps que je procrastine, brouillonne et observe.

Ce blog a fini par voir le jour (en tout cas, être mis en ligne…) à la suite d’échanges, d’observation, de suivi et de rencontres « en vrai » et/ou en ligne (twitter mon amour) avec notamment Ladyblogue, Coreight, Je ne suis pas celui que vous croivez, Girl Georges et aussi En mode Pause. Sans oublier les incontournables Mangiare Ridere et La Pinardotek qui me font rire ou saliver ou m’émeuvent à chaque fois,  et ma chouchoute que j’ai vu grandir, qui n’a jamais eu peur de rien, à savoir Les Bridgets (même si j’ai un peu passé la date limite de sa cible, elle est un vrai exemple d’organisation et a su garder la tête froide).  Que des belles personnes, tiens… Leur ton, leur absence totale de prétention, le fait qu’ils se contrefichent d’être lus ou pas mais veulent avant tout partager,  et aussi leur persévérance et leur qualité d’écriture et de contenu m’ont motivée. D’autant que je bloquais sur la fameuse « ligne éditoriale » ; maintenant c’est réglé : je n’en ai pas. Merci à eux. La barre est haute…

Une bonne séance du sérious game L’apprenticien a été également assez motivante et m’a permis de voir où résidaient certains freins, on en reparlera.

Envie d’écriture, donc, même courte, d’un lieu où regrouper tous mes coups de coeurs et pensées, essais, beaux moments, belles personnes rencontrées, sans prétention (autant que faire se peut, on ne se refait pas).

Ici, je parlerai donc de tout, de rien, des belles personnes que je rencontre parfois, une manière de partager de belles choses, car la vie est belle.

Bienvenue ici, donc, et merci de votre indulgence et de vos encouragements.

Ce blog est en cours d’élaboration, il changera dans les jours qui viennent, évidemment. Mais si je ne le mets pas en ligne maintenant… je ne m’y mettrai jamais !